Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

portraitDavid MORATILLE
Guide de Haute Montagne

Age:  36 ans

Passionné par la montagne, je la parcours sous toutes ses formes en professionnel comme en amateur.

Originaire de Haute-Savoie, j'ai rapidement été attiré par la montagne, ce qui m'a amené à arpenter les sommets du Mont blanc, des Fiz, des Aravis et du Chablais. Mais le plaisir n'a pas de frontières et me pousse assez souvent vers d'autres contrées.

Amateur de photos, j'essaye de réunir mes souvenirs afin de les faire partager à mes clients ou autres passionnés de montagne.

8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 18:06

Ski de randonnée quand tu nous tiens. Nous subissons un hiver déroutant, bientôt mi-janvier et la neige se fait désirer. Un petit enchaînement dans le Massif des Aravis pour ce passer le temps.

On débute par atteindre le col situé sous la pointe Est du Paré de Joux par la Combe du Grand Crêt. On descend en Nord pour rejoindre la combe Paccaly: pente à 35°.

 

Parede-Joux-Tchadar-Tardevant 3145

 

1

 

Par chance ce jour là je suis le premier et la pente est encore vierge de trace.

 

2

 

3

 

Ensuite on traverse la combe de Paccaly en perdant un peu de déniveler pour rejoindre le couloir qui remonte en versant sud de la combe.

 

Parede-Joux-Tchadar-Tardevant 3134

 

Le couloir d'accès vue depuis le Paré de Joux. Photo ci-après au pied du couloir.

 

Parede-Joux-Tchadar-Tardevant-3140.JPG

 

Après avoir remonté ce couloir on arrive au col qui donne accès au Tchadar.

 

5

 

Pente à 35° plus étroit que pour la rampe du Paré de Joux. Avec une sortie esthétique et caractéristique.

 

6

 

7

 

Comme on est surmotivé, on recolle les peaux pour remonter intégralement la combe de Tardevant jusqu'à son sommet 2505m.

 

7b

 

Le trajet suit la combe en passant sous la face sud pour rejoindre l'Ambrevetta. Ensuite on prend l'arête effilée et cornichée pour rejoindre le sommet.

 

8

 

On profite d'une belle vue sur la face Nord. Qui-sait un jour peut être?

 

Parede-Joux-Tchadar-Tardevant 3157

 

On se retourne vers l'Ambrevetta pour profiter du Mt Blanc et autre. Allez encore quelques mètres!!!

 

10

 

Le prolongement de Aravis coté sud avec tout proche Paccaly et le Trou de la Mouche.

 

12

 

Si on a encore des jambes, on peut s'offrir la face sud par une pente 40°.

Pour cela suivre l'arête ouest sur quelques mètres pour atteindre un petit collu qui donne sur la pente Sud.

 

11

 

Parede-Joux-Tchadar-Tardevant 3162

 

Après retour aux Confins par le bas de la combe ou alors vous pouvez reprendre la route dans le sens inverse...

Repost 0
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 17:46

On ne peut pas séjourner en Slovénie sans gravir le Triglav. Nous voulions faire cette grande face nord mais difficile pour nous de trouver des informations sur le tracé des voies. Après le porte à porte à la ville de Bled, on réussi à avoir le téléphone d'un sympathique guide local qui nous conseille "Bavarska smer" étant la ligne la plus directe de la face. Toujours sans topo on décide d'aller repérer le pied de la paroie la veille. En passant devant le refuge "Aljazev" on réussi enfin à obtenir notre topo: un magnifique dessin de la face nord du Triglav avec le tracé des voies.

 

Triglav 2596

 

Non loin de Aljazev dom avec vue sur la face nord du Triglav.

 

HPIM6588

 

Le topo avec le tracé au centre en noir de "Bavarska smer".

 

HPIM6589

 

Maintenant il suffit de transcrire sur la réalité.

 

Après une bonne soirée poker, une courte nuit, je m'associe avec Pascal pour gravir cette muraille. Départ vers 5h du matin, le parking grouille déjà d'équipes en route pour le sommet. Nous voilà en tête pour la marche d'approche. Non loin du pied de la falaise, une cordée connaissant les raccourcis nous rattrape pour nous retrouver tous ensemble au départ de la voie marquée par une plaque métallique scellée dans le rocher.

Je m'aperçois rapidement que nous allions partager la journée avec un guide slovène et son client. On laisse l'honneur à l'expérience sentant de toute façon qu'il n'était pas très chaud pour nous laisser passer.

 

HPIM6596

 

Deux longueurs plutard, nous étions toujours collés à eux. L'amabilité du guide a finalement pris le dessus, il nous laisse passer et nous donne quelques conseils sur la route à suivre.

 

HPIM6597

 

Partis avec un rappel de 60m, on remarque rapidement que nous avions trop de corde pour finalement raccourcir notre encordement à 30m. La ligne nous demandait un peu de recherche d'itinéraire et beaucoup d'instinct. On trouve quelques pitons pour nous mettre sur le bon chemin. La partie basse grimpe un peu avec des longueurs de 30m.

 

HPIM6598

 

HPIM6599

 

Nous allons rapidement prendre de l'avance sur la cordée du guide, la machine était en marche!!!

 

HPIM6600

 

Pascal dans un des beaux passages en fissure rondes.

 

HPIM6603

 

Nous prenons de la hauteur, l'ambiance se met en place, Pascal fait l'avion...

 

HPIM6604

 

C'est par où?

 

HPIM6605

 

HPIM6606

 

Dans les dernières longueurs de Bavarska smer, nous allons bientôt rejoindre la voie allemande, milieu de la face...

 

HPIM6607

 

Au dessus c'est moins raide, on finit par remettre les baskets afin de soulager les orteils.

 

HPIM6608

 

Il faut faire attention aux nombreuses pierres en équilibre sur les vires surtout quand il y a du monde en dessous.

 

HPIM6610

 

Nous arrivons bientôt sous le bastion final.

 

HPIM6612

 

Pas de bloc...

 

HPIM6613

 

HPIM6615

 

Nous voilà sur le fil de l'arête d'où on peut apercevoir les plateaux sommitaux.

Plus que 150m avant le sommet tant convoité. Passage en mode corde tendu pour accélérer le mouvement.

 

HPIM6617

 

Pascal sur l'arête sous le sommet.

 

HPIM6620

 

Dernière ligne droite!!!

 

HPIM6623

 

Summit...

 

HPIM6627

 

Descente par la voie normal: arête Est.

 

HPIM6628

 

 

HPIM6641-copie-1

 

 

La route que l'on pense avoir suivi peut être bien à peu près!!! si il en a que ça tente. Le point vert désigne la plaque au départ de la voie.

 

Tracé Bavarska smer

Repost 0
Published by Moms - dans ESCALADE
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 10:28

Entre deux séances plage, on se permet une petite voie dans les immenses gorges de Gole Di Gorroppu connues pour la loger la ligne la plus dure d'Italie: "Hotel Supramonte"(400m,8b,7c oblig). Après 1h de marche d'approche nous voilà à l'entrée de la gorge.

 

Gole-di-Gorroppu 2006

 

Surprise!!! nous devons prendre notre ticket pour pénétrer dans la gorge (NB: pour l'entrée gratuite il faut partir tôt et passer avant l'arrivée des videurs). Maintenant que nous sommes là nous nous plions à la coutume et payons notre droit de visite: 3,50€/pers.

 

Gole-di-Gorroppu 2008

 

Nous voilà dans la gorge qui se ressert entre deux falaises impressionnantes dont on ne distingue pas le haut.

 

Gole-di-Gorroppu 2011

 

Voici le départ d'"Hotel Supramonte" pour les amateur, 1ère longueur abordable en 7b+.

 

Gole-di-Gorroppu 2010

 

Bien qu'ayant une forme olympique, nous sommes un peu tard pour nous lancer dans "hotel..." (pour rire).

Nous préférons choisir le coté moins dévers pour exercer notre loisir, une voie de 5 longueurs max 6c.

 

Gole-di-Gorroppu 2013

 

Échauffement dans un bon 6c, l'ambiance se met en place, quel plaisir de prendre de la hauteur et de bénéficier d'un superbe panorama de la gorge et de ces visiteurs.

 

Gole-di-Gorroppu 2014

 

Gole-di-Gorroppu 2016

 

Les longueurs suivantes sont moins dures mais restent soutenues sur un beau rocher gris compact.

 

Gole-di-Gorroppu 2020

 

Marion en pleine action dans le 6a+.

 

Gole-di-Gorroppu 2021

 

Une série de belles fissures athlétiques ornées de bouquets pour une belle longueur en 6b.

 

Gole-di-Gorroppu 2024

 

Gole-di-Gorroppu 2026

 

Même si nous avons choisi la voie la plus facile de la gorge, nous bénéficions tout de même de la sensation de vide. Marion sort du dièdre en 6a+.

 

Gole-di-Gorroppu 2033

 

Finalement on atteint le sommet de notre éperon par une petite longueur en 6a.

 

Gole-di-Gorroppu 2034

 

La partie aval de la gorge par où nous sommes venus. On profite un moment du panorama avant de retourner dans l'enfer de mr Dante.

 

Gole-di-Gorroppu 2039

 

Gole-di-Gorroppu 2042

 

 

Gole-di-Gorroppu 2050

 

Maintenant direction la plage!!!

Repost 0
Published by Moms - dans ESCALADE
commenter cet article
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 19:09

Après une solide préparation, un créneau météorologique et des conditions nivologiques favorables nous voilà partis pour la traversée des Monts Blanc.

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2196

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2197

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2198

 

Et de 1!!!

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2202

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2206

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2207

 

Et de 2 avec l'objectif principal en vue.

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2213

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2217

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2219

 

ET VOILA, Sommet du Mont Blanc, CHAMPAGNE!!!

Olivier a mis son casque pour l'occasion car il a peur que le ciel lui tombe sur la tête, AHAHAHAH...

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2222

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2225

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2227

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2230

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2231

 

Après Valot, on passe près du dôme du Gouter, notre dernier 4000 pour aujourd'hui.

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2238

 

En arrière plan la vue sur l'aiguille de Bionnassay. Nous nous rapprochons du refuge de Tète Rousse pour finir notre aventure.

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2240

 

L'aiguille du Gouter à ne pas prendre à la légère.

 

Les-Trois-Mt-Blanc-2246.JPG

 

Le refuge du Gouter perché tout là-haut.

Les-Trois-Mt-Blanc-2251.JPG

 

Pour finir avec ce magnifique couché de soleil. Bravo à Olivier et Maud (beau cadeau!!!).

 

Les-Trois-Mt-Blanc 2264

Repost 0
Published by Moms - dans ALPINISME
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 10:24

Après avoir pris le café à Bonneval, on se met en route tardivement mais sûrement pour rejoindre le refuge des Evettes. La météo capricieuse dans la plupart des massifs semblait plus clémente pour notre secteur. Cela annonçait un bon présage, notre séjour démarrait bien. Après un bon repas on décide pour le lendemain de partir pour la star du coin: l'Albaron. Levé à 6h30, on remarque qu'une chute de neige nocturne à recouvert la terrasse du refuge d'une bonne vingtaine de centimètre et que le brouillard est encore bien en place. On prend donc le temps de déjeuner avec un peu de chance on va nous faire la trace!!!

 

tracé Albaron

 

Voici le parcours vue du refuge.

 

Une équipe qui devait rejoindre le refuge Castaldi démarre devant nous. Nous prenons leur trace pour finalement les dépasser sur le glacier des Evettes. La visibilité n'est pas parfaite, quelques brèves éclaircies nous permettent d'apercevoir le cheminement. On attaque la montée de l'Alabron en faisant la trace dans bientôt 50cm de neige. Petit à petit on approche la Selle de l'Albaron en laissant filer nos confères vers l'Italie.

 

Albaron 1521

 

Le désert blanc devant moi.

 

1

 

Nizou me rejoint en suivant la tranché.

 

2

 

Nous laissons partir l'équipe en direction de la descente pour Castaldi. Une trouée nous permet d'apercevoir la Selle afin de nous repérer.

 

3

 

Nizou prend son tour de chasse-neige pour rejoindre la Selle.

 

Albaron-1529.jpg

 

La météo ne s'arrange toujours pas, mais bon puisque nous sommes là autant remonter l'arête. On dépose les skis à la Selle et nous voilà parti pour le sommet (pour voir).

 

Albaron 1531

 

L'arête se dégage, on garde espoir.

 

Albaron 1537

 

C'est bon on a la carte, on est pas perdu, le sommet n'est plus très loin.

 

Albaron 1535

 

Sortie de l'arête, on peut voir notre objectif.

 

Albaron 1539

Albaron 1540

 

Victoire, nous sommes au sommet de l'Albaron. La vue n'est pas extraordinaire mais le plaisir est là.

Et tout à coup MIRACLE!!!

 

5

 

Le ciel se déchire et nous offre un spectacle mérité. Nizou devant la grande Ciamarella. Vite il faut en profiter, on se jette dans la descente pour rapidement récupérer nos skis restés à la Selle.

 

6

 

8

 

On voit plus claire dans la descente.

 

7

 

Petite antécime sur l'arête.

 

9

 

Comme vous pouvez le remarquer on a retrouvé nos skis et on se fait un plaisir de s'en servir pour une bonne cause. Descente avec 50cm de neige poudreuse ultralégère. QUE DU GRAND BONHEUR!!!

 

10
Nous voilà donc seuls dans cette descente du glacier des Evettes. Ça passe toujours trop vite la descente!!!
Albaron 1565
11
Albaron 1571
Albaron 1569
Albaron 1575
12
Maintenant il faut pousser, remettre les peaux pour remonter les 100m qui nous séparent du refuge des Evettes.
Repost 0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 10:18
Le 14 mars 2010, le printemps est en place.

1
Voilà un petit moment que je regarde ce couloir en arc de cercle qui descend sous le sommet du Bargy. Ces temps la neige est dure, il faut se résigner à faire du ski de printemps.

tracé cheneau
Dans ce type de couloir pas la peine de partir tôt car le soleil ne fait son apparition le couloir que vers 11h30. Comme il est plus confortable que la neige se radoucisse, nous décollons du parking vers 10h pour rapidement se rapprocher du cône d'avalanche marquant l'entrée.

19
La neige dure nous empêche de poursuivre ski aux pieds. On chausse les crampons pour rendre la montée plus facile. On passe l'étranglement pour avoir une bonne vue sur la suite de l'ascension.2
Un chamois nous devance, la montée va bonne allure et on prend vite de la hauteur. Il suffit de se retourner pour se rendre compte.

3
Le soleil commence de frapper les falaises qui nous surplombent, un pied devant l'autre on approche le sommet du couloir.

5
Au pied des falaise sommitale du Grand Bargy la neige est encore froide et rend notre progression plus difficile.

7
Le soleil rentre déjà dans le couloir, les conditions ne nous permettent pas de continuer, nous nous arrêtons au sommet du couloir contre la barre rocheuse.

8
Une petite pause pour admirer une nouvelle vue et pour laisser le temps au soleil de réchauffer la neige et nous voilà chaussé pour descendre le Cheneau.

10bis
11
Les premiers virages sont toujours délicats car il faut tout de suite avoir de bons appuis.

12
14
15
16
ça passe toujours trop vite la descente, les conditions ne sont pas grandioses mais restent  satisfaisante. Ce couloir est très esthétique avec une sacré ambiance. La cerise sur le gâteau avec le passage d'un gypaète.

17
Passage de la rimaye à la sortie du couloir pour ensuite s'écarter du cône d'avalanche par une traversée à gauche.

18
Ensuite c'est moquette puis rugby canapé!!!
19
Repost 0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 08:04

 


Vidéo

 

Repost 0
Published by Moms - dans ALPINISME
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 16:31
Le 3 mars 2010, suite aux conditions météorologiques et nivologique, avec Pascal nous décidons d'aller traîner nos grosses (je parle bien entendu des chaussures) dans les Aravis. Pour commencer, en restant dans le sens de la progression, on choisi la goulotte "Aravicimes" étant la figure locale. Sans trop de difficultés sur le papier, une belle journée s'annonçait.

Et nous voilà parti, skis aux pieds pour approcher le pied du Paré de Joux que j'ai de nombreuse fois observé en randonnant dans la combe de Paccaly.

2a
















On est monté plutôt tranquille, impossible d'accélérer avec se sac, les avalanches à traverser et la neige bien dure.
1h45 plus tard on se trouve au pied, on se transforme en alpiniste pressé de taper du piochon.

1
Je démarre par le passage de la rimaye qui me rappelle que je devrais faire de la souplesse, et monte rapidement les deux premières longueurs en neige dure (avec un petit peu de glace).

3
4
Les conditions sont excellentes, pas besoin de frapper, les piolets rentrent facilement dans la neige offrant par la même occasion de très bons ancrages.
Pascal court dans les ressauts raides et loupe 2 relais avant de s'arrêter, j'ai bien crû qu'on allait faire la goulotte en corde tendue.

5
6
c
Je repars devant, remonte une pente de neige, une rampe à gauche. C'est superbe, le temps se voile et toujours personne à l'horizon.

d
7

 







Pascal en fin de rampe, enfin nous approchons le passage emblématique
de la grotte, les choses sérieuses vont commencer.









8
Et ça tombe sur moi, excité comme une puce, je me jette dans la cavité.

f
Après avoir sorti toute ma panoplie de grands écarts, je remonte une belle goulotte avec de sympathiques ressaut raide pour faire relais près d'une écaille détachée. Comme le relais n'est pas super confort cette écaille m'a servi de range corde: bravo les équipeurs, ils ont pensé à tout.

9
Derrière Pascalinou sort du trou pour me rejoindre.

10
Ensuite, une fine rampe de neige/glace collée, un peu expo mais pas très dure.

11
g
Nous arrivons à la longueur finale. Je pars confiant, limite mains dans les poches. Un premier ressaut me barre la route, mais pas trop longtemps.

h
Une fois passé le ressaut, je relève la tête et me retrouve au "pied du mur". Qu'est ce que c'est que ça?
Une brève analyse me fait dire que ça sent la renfougne. Et bien pas manqué, le pire c'est que je me rends compte, un peu trop tard d'ailleurs, que je suis parti avec le sac.
Même en lui parlant gentillement, celui-ci ne m'a pas aidé.
Je vous en dis pas plus, je vous laisse apprécier l'aisance de Pascal en second et sans sac.

12bis
13
14
La photo n'est pas très nette, mais il me semble qu'il fait une légère grimace!!!

15
Enfin, nous sommes sortis. Une pente de neige et on rejoint la crête sommitale.

i
La vue est magnifique, quand le ciel est dégagé.

j
16
Pascal auprès de son piton rocheux, il est 13h30, l'heure du pain au choc. et du thé.
Il se met gravement à neiger, nous allons pas trop tarder pour la descente (en rappel).

k
De nombreuses coulées de neige dévalent la goulotte, j'hésite à me lancer dans le trou:

18
19
FEU VERT!!!

20
Pas de chance pour Pascal!!!

VIDEO goulotte Aravicimes

l
21

Repost 0
Published by Moms - dans ALPINISME
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 10:52
Nous étions partis pour aller au Roc d'Enfer mais à cause d'une bonne quantité de neige tombé récemment nous avons préférer changer d'objectif et visiter les couennes des alentours de Bellevaux.

Pour commencer l'échauffement on s'est lancé dans le canyon du Frêne (120m, 3+). Ambiance canyon en glace avec passages délicat au dessus des vasques. En été certaines de ces vasques sont suffisamment profondes pour effectuer quelques sauts, alors lorsque la glace et fragile il est préférable de ne pas tenter de forcer le passage.

cascade-de-bellevaux 1211
Jean-François se régle dans la première longueur.

cascade-de-bellevaux 1213
Ensuite on arrive sur une vasque rarement gelé et qui oblige le contournement par les mottes de terre en rive droite pour rejoindre le second mur. La fameuse vasque vue du dessus.

cascade-de-bellevaux 1215
cascade-de-bellevaux 1214
JF dans le second mur de 25m pour finir l'échauffement.

cascade-de-bellevaux 1217
Ensuite on retrouve une succession de petits murs de glace lorsque les conditions permettent de les atteindre. Pour ce jour nous faisons demi-tour car nous n'avons pas envie de finir la journée en bain glaciale.

Cette cascade est bien ludique, bon parcours pour une initiation en glace Mis à part le passage des vasques il n'y a pas de grandes difficultés. Donc nous finissons avec l'eau à la bouche, il fallait trouver quelque chose d'autre pour combler la journée.

Alors direction les cascades de Ouatapan. Après une bonne marche d'approche, nous voilà aux pieds de deux beaux cigares d'environ 30m bien raides.

cascade-de-bellevaux 1221
C'est assez pauvre en glace et ça rend les cigares vraiment raide et impressionnant.

cascade-de-bellevaux 1222

En montant sur le cigare de gauche, celui-ci c'est fendu sur toute la base, du coup on c'est contenté de celui de droite un peu moins soutenu.

cascade-de-bellevaux 1229
cascade-de-bellevaux 1230

cascade-de-bellevaux 1231
Super moulinette dans le cigare de gauche.
Repost 0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 07:27
Le 21 janvier 2010, une envie subite de cornet de glace monte en nous. Le ciel est magnifique ce matin cela annonce encore une magnifique journée. Après quelques problèmes de voiture, nous arrivons finalement à nous rejoindre pour nous diriger dans le secteur de Montriond. But de la journée est de gravir la cascade classique du secteur, mais comme citée dans de nombreux topos, il ne faut pas prendre cette cascade à la légère.

1
L'équipe se prépare pour l'affrontement: comme nous sommes trois, Matt est le premier de cordée, pour Thomas c'est le baptême.

217















Après une rapide marche d'approche, la cascade se dévoile peu à peu, l'excitation monte en nous.

4
La première longueur est généralement la longueur clef, sur la gauche on aperçoit le secteur des moulinettes.

3
Quelques petits ressauts pour se mettre en jambe et retrouver les automatismes.

5
Matt dans le premier mur.

7
8
Thomas est vraiment heureux, lui qui avait des doutes sur ses facultés, il se rend rapidement compte que la cascade c'est un sport pour lui. Ce qu'il ne comprend pas c'est pourquoi on est à l'ombre alors que en face le soleil brille de mille éclats.

thomas se bat
Mais bon cela ne l'empêche pas de tout donner pour nous montrer sa combativité.

9
On sort du premier mur par une petite pente de neige histoire de se remettre des sensations fortes.

10
Le second ressaut de glace est moins raide mis à part la sortie qui chauffe un peu les bras.

11
Thomas dans le passage du dièdre glacé, ça le fait marré!!!

12
Ah Ah fait moins le malin maintenant.

13
Voilà le dernier ressaut, la friandise sur le gâteau.

15
Là, c'est moi, comme je disais trop de conneries je suis puni.

16
Jolie cascade avec de quoi se faire plaisir, bravo Thomas pour cette belle première et merci matt pour nous avoir emmené tout la-haut.


Voir dans le secteur: Cascade "PETIT PAPA NOEL"
Repost 0