Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

portraitDavid MORATILLE
Guide de Haute Montagne


Age:  40 ans

Passionné par la montagne, je la parcours sous toutes ses formes en professionnel comme en amateur.

Originaire de Haute-Savoie, j'ai rapidement été attiré par la montagne, ce qui m'a amené à arpenter les sommets du Mont blanc, des Fiz, des Aravis et du Chablais. Mais le plaisir n'a pas de frontières et me pousse assez souvent vers d'autres contrées.

Amateur de photos, j'essaye de réunir mes souvenirs afin de les faire partager à mes clients ou autres passionnés de montagne.

22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 07:54
Cette voie a été équipée par les frères Rémy en 1992, elle offre un concept que j'aime particulièrement dans le sens où il y a des protections lorsque l'on ne peux rien rajouter et sinon c'est au grimpeur de se protéger. Belle voie quasi vertical avec passages en dalle, fissures larges il où il faut un Camalot n°3. Le rocher est en général très bon et adhérent car peu de répétition. La marche d'approche échauffe bien mais ça vaut la peine.


































Ci-dessus la 3ème longueur coté 6b, une écaille formant une grosse fissure obligeant à jouer du friend.
La longueur d'après cotée 6c remonte une fissure franche avec deux coins de bois, mais bon il est conseillé de se rajouter ses propres protections. Le crux de la longueur se situe après où il faut éffectuer une traversée à gauche légèrement dalleuse.


La longueur suivante est un dièdre à l'ancienne, pour arriver sur la sangle (chemin de randonnée du vertige en Chartreuse). On traverse une cinquantaine de mettre la vire herbeuse pour rejoindre la dernière longueur certe un peu expo mais de toute beauté. Ensuite descente en rappel dans la voie.
































Partager cet article
Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 16:36
Marion et moi sommes parti de Pré Marcel tôt le matin, nous sommes passé à coté du refuge Jean Collet il faisait encore nuit. Après avoir passé le lac Blanc nous avons rejoint le col de la Balmette. Un ami bouquetin nous attendait.



















Pour grimper au grand Pic nous avons choisi l'option
escalade plutôt que de randonner dans les éboulis.
La voie est facile et équipée montagne. On débouche
ensuite dans un couloir pierreux où l'on rejoint
rapidement les cables. Le terrain est facile mais assez instable et donc il faut se méfier des chuttes de pierres.




























































Heureusement Marion est là pour ratraper les rocher que je fais tomber en grimpant.
Rapidedement on rejoint le point culminant de Belledonne (2977m).

















Il faut éffectuer 3 ou 4 rappel suivant l'option choisie pour redescendre du grand pic versant sud/sud ouest pour se lancer dans la traversée.


















Début de la traversée qui se déroule un coup versant
Freydane puis versant lac de belledonne. Il  y a peu d'équipement mis à part quelques relais. C'est une très belle course d'arête rocheuse avec un grand panorama
sur toutes les chaines de montagne d'Isère. Cette
est peu fréquentée, la foule reste en majorité sur la croix
Belledonne se qui peut causer une légère bousculade pour finir la traversée.











































































Et voilà la croix de Belledonne, on aperçoit au fond
à droite le sommet du grand pic de Belledonne.











Pour revenir il faut descendre le chemin de la Croix de
Belledonne pour rapidement revenir en direction du
col de Freydanne puis glacier de Freydanne où l'on
peut admirer le profil de la course que nous venons d'effectuer.


Partager cet article
Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 13:33
Les Deux Soeurs sont des bastions rocheux dénommés Agathe et Sophie situés dans le massif du Vercors. La voie citée ici se déroule dans la pointe Agathe (pointe nord), elle a été ouverte par R.Guérin et B.Fara en 1985. Le rocher est parfois péteux et deviens délicat  à grimper. Cette voie comporte beaucoup de petites longueurs gourmande en dégaines à cause des passages en artif.
J'ai fait cette voie en compagnie de Joris le 16 juillet 2007, la journée était belle mais le vent nous a un peu secoué.






































C'est la longueur d'artif la plus raide de la voie, il parait qu'elle a été libérée et cotée 8a.
Ce jour là on a même pas éssayé vu l'allure de la longueur: raideur, petite prise fragile et vent.



























   Joris sort de la voie heureux

  


   Il y avait tellement de vent que j'ai failli perde mon casque.










Partager cet article
Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 12:49
Sa majesté l'aiguille de la Dibona est un sommet incontournable du massif des Ecrins, sa silhouette est une invitation à l'escalade. Le rocher y est excellent et offre des voies pour tout les goûts. Lorsque l'on rentre dans le vallon du Soreiller on ne peut pas la louper car elle s'élance en son milieu comme une flèche vers le ciel. La voie " viste obligatoire" porte bien son nom, elle parcours la face principale par son centre quasiment en ligne directe du bas au sommet sans jamais dépasser le niveau 6a. Mais cette voie reste exigente car même si sa difficulté n'est pas élevée et son équipement moderne, certains passages sont athlétiques et les points espacés. A proximité du refuge du soreiller, ce parcours en face sud offre une belle ambiance à ne pas rater.























































       Une fois au sommet on rejoind le sentier du refuge par
       un rappel et une petite traversée. En grande forme cette
       course peut s'effectuer dans la journée sinon il est plus
       confortable de venir dormir au refuge la veille. Le
       lendemain il ne reste plus que 5 min pour atteindre
       le pied de la voie.






Partager cet article
Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 17:07
Voilà une voie très instructive pour les amateurs de terrains d'aventure, la raideur de la belle paroie rouge donne l'ambiance, les passages en artif apportent du piquant voir quelques gouttes de sueurs. Après une nuit de pluie qui nous a fait hésiter à sortir nos chaussons, Joris et moi même avons décidé de gravir cette voie mythique. Après une marche d'approche humide, une fois arrivé au pied de la paroie rouge on remarque avec stupeur que la seule ligne sèche était celle que nous avions choisi. Donc pas le choix, maintenant il faut y aller...


 Conseil pour la marche d'approche, ne faites pas
 comme mon compagnon de cordée, évitez les sandales!


















  La voie commence par deux longueurs 5c et 6a histoire
  de s'échauffer, ensuite on découvre la première longueur
  de A1 pour passer un bombement à l'aide des crochets
  gouttes d'eau. Heureusement il y a quand même de
  l'équipement en place car c'est bien compact.




Après une courte traversée délicate, on escalade un dièdre athlétique.


 Ensuite il faut se lancer dans une traversée peu équipée,
 et heureusement pas trop difficile, le tout ambiance.



















  Pour la longueur suivante suit une fissure en 6c athlétique
  un peu grasse. Il est conseillé de ne pas s'arrêter au
  relais et d'enchainer avec la longueur suivante pour éviter 
  se prendre un gros facteur 2.































Cette longueur est magnifique, le rocher rouge est structuré de nombreuse gouttes d'eau. C'est aussi là où il faut enchainer 5 mètres de crochets sans protections au dessus du relais, on peut aussi faire un mix escalade-artif ou alors si vous ètes dotés de doigt en acier vous pouvez enchainer ce passage coté 6c voir 7a.


Ensuite on traverse sous un surplomb, passe un bombement pour remonter une raide fissure équipée.




























Nous avons fait encore 2 longueurs en beau rocher gris criblé de gouttes d'eau pour s'échapper par une vire évitant les deux dernières longueurs peu attirantes.





















Et voilà encore une journée bien remplie, je pense qu'on a
bien mérité notre petite mousse au bar de Presles (à boire avec modération).





Partager cet article
Repost0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 19:28
Les beaux jours sont là, il est temps de profiter des longues voies de rocher. En compagnie de Mathieu, on a décidé de parcourir les 280m de l'Arche Perdue ce 7 mai 2009. Après 25 min. de marche tranquille, on accède au pied de la falaise par les rappels des Tropiques pour ensuite rejoindre le départ de notre voie.


 Matt dans la première longueur 6b+. La qualité du rocher est plutôt bonne pour le bas de la falaise.















La deuxième longueur est une traversée en 6b avec seulement un petit pas.













 3ème longueur en 6c sur bonnes prises, seulement un  
 tantinet physique.
































Plus nous montons et plus nous trouvons le rocher magnifique. la 4ème longueur 6b+ se déroule sous le grand toit jaune. Le rocher est criblé de gouttes d'eau, il y en a tellement que l'on a l'embarras du choix.


 Voici la longueur en 6c bien physique. Au dessus on remarque le toit de Temple du soleil avec sa longueur en 7c plein gaz.

























Et voilà l'avant dernière longueur en 7a où il faut serrer les prises et en avoir sous le coude car c'est raide!!!
La dernière longueur en 6b est courte.


Vidéo amateur dans la longueur de 7a:








Partager cet article
Repost0