Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

portraitDavid MORATILLE
Guide de Haute Montagne

Age:  36 ans

Passionné par la montagne, je la parcours sous toutes ses formes en professionnel comme en amateur.

Originaire de Haute-Savoie, j'ai rapidement été attiré par la montagne, ce qui m'a amené à arpenter les sommets du Mont blanc, des Fiz, des Aravis et du Chablais. Mais le plaisir n'a pas de frontières et me pousse assez souvent vers d'autres contrées.

Amateur de photos, j'essaye de réunir mes souvenirs afin de les faire partager à mes clients ou autres passionnés de montagne.

12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 08:03

Lors d'une randonnée solitaire à la pointe des Verts, alors que j'admirais le magnifique panorama du sommet, je finis par être attiré par un couloir en face Est du Mont Charvet. Ne trouvant pas d'infos sur ce tracé je me mis en tête d'aller voir. Cette hiver 2011 a du mal à ce mettre en place, le ski de printemps commence en janvier. Difficile de ce motiver alors Marion, Xavier et moi décidons d'apporter un peu de piquant à notre journée de ski en partant à l'aventure.

 

Tracé et Variante

 

On décide de partir des Confins, ce qui me semble le plus intéressant vu le manque de neige en basse altitude. On traverse le bas des combes du Grands Crets, Paccaly, Tardevant, Grande Forclaz pour finalement atteindre la combe du Charvet que l'on remonte.

 

IMGP4574

 

Cela nous permet de repérer la goulotte en face nord de la Mamule qui est d'ailleurs encore bien sèche: "Rolling and Scratching" (IV 5+, M5+.450m).

 

IMGP4575

 

On passe proche de la petite Miaz.

 

1

 

Pour finalement atteindre notre premier objectif, le col situé au sud du Mont Charvet. Soleil et paysage au rendez-vous.

Petite Miaz et face nord de la Mamule.

 

IMGP4595

 

Pointe de Chombas, pointe des Verts et sa majesté la pointe Percée.

 

IMGP4591

 

Pour finalement, une fois de plus se tourner vers le massif du Mont Blanc.

 

IMGP4603

 

Un regard sur le départ du couloir Est situé juste sous le col avant de se lancer. La neige est légèrement croûtée mais le soleil commence de l'adoucir.

 

2

 

On se lance dans notre descente sur la combe des Fours.

 

4

 

3

 

Pour rejoindre le couloir repéré qui se situe plus au nord, on décide de descendre en longeant la gauche du couloir.

 

6

 

5

 

Il faut pas se louper car dessous c'est raide et les rochers affleurent.

 

7

 

On arrive au pied de la rampe qui désigne notre futur objectif.

 

8

 

On réussi à remonter ski au pied jusqu'à l'étranglement, pour finir à pied. On découvre un beau couloir fermé dans la face est du Charvet, la neige est encore fraîche.

 

14

 

9

 

10

 

Nous arrivons au bout du couloir barré par un verrou rocheux comme je l'imaginais. Le reste devient plus technique, nous devons être 100m sous le sommet.

 

IMGP4604

 

IMGP4605

 

Maintenant il faut descendre car notre journée n'est pas finie et il commence à faire faim.

 

11

 

12

 

13

 

Après une petite pause dans la sauvage combe des Fours, on remet nos peaux pour atteindre le col de la Grande Forclaz.

 

15

 

Nous voulions à la base remonter à l'Ambretta, mais nous avons déjà fait une belle journée et les conditions n'ont pas l'air idéales vu du col. Du coup on finit par descendre la combe de la Forclaz, sous la face nord de Tardevant pour revenir sur les Confins par le Chalet de Paccaly d'en Haut.

 

IMGP4615

Repost 0
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 18:06

Ski de randonnée quand tu nous tiens. Nous subissons un hiver déroutant, bientôt mi-janvier et la neige se fait désirer. Un petit enchaînement dans le Massif des Aravis pour ce passer le temps.

On débute par atteindre le col situé sous la pointe Est du Paré de Joux par la Combe du Grand Crêt. On descend en Nord pour rejoindre la combe Paccaly: pente à 35°.

 

Parede-Joux-Tchadar-Tardevant 3145

 

1

 

Par chance ce jour là je suis le premier et la pente est encore vierge de trace.

 

2

 

3

 

Ensuite on traverse la combe de Paccaly en perdant un peu de déniveler pour rejoindre le couloir qui remonte en versant sud de la combe.

 

Parede-Joux-Tchadar-Tardevant 3134

 

Le couloir d'accès vue depuis le Paré de Joux. Photo ci-après au pied du couloir.

 

Parede-Joux-Tchadar-Tardevant-3140.JPG

 

Après avoir remonté ce couloir on arrive au col qui donne accès au Tchadar.

 

5

 

Pente à 35° plus étroit que pour la rampe du Paré de Joux. Avec une sortie esthétique et caractéristique.

 

6

 

7

 

Comme on est surmotivé, on recolle les peaux pour remonter intégralement la combe de Tardevant jusqu'à son sommet 2505m.

 

7b

 

Le trajet suit la combe en passant sous la face sud pour rejoindre l'Ambrevetta. Ensuite on prend l'arête effilée et cornichée pour rejoindre le sommet.

 

8

 

On profite d'une belle vue sur la face Nord. Qui-sait un jour peut être?

 

Parede-Joux-Tchadar-Tardevant 3157

 

On se retourne vers l'Ambrevetta pour profiter du Mt Blanc et autre. Allez encore quelques mètres!!!

 

10

 

Le prolongement de Aravis coté sud avec tout proche Paccaly et le Trou de la Mouche.

 

12

 

Si on a encore des jambes, on peut s'offrir la face sud par une pente 40°.

Pour cela suivre l'arête ouest sur quelques mètres pour atteindre un petit collu qui donne sur la pente Sud.

 

11

 

Parede-Joux-Tchadar-Tardevant 3162

 

Après retour aux Confins par le bas de la combe ou alors vous pouvez reprendre la route dans le sens inverse...

Repost 0
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 10:24

Après avoir pris le café à Bonneval, on se met en route tardivement mais sûrement pour rejoindre le refuge des Evettes. La météo capricieuse dans la plupart des massifs semblait plus clémente pour notre secteur. Cela annonçait un bon présage, notre séjour démarrait bien. Après un bon repas on décide pour le lendemain de partir pour la star du coin: l'Albaron. Levé à 6h30, on remarque qu'une chute de neige nocturne à recouvert la terrasse du refuge d'une bonne vingtaine de centimètre et que le brouillard est encore bien en place. On prend donc le temps de déjeuner avec un peu de chance on va nous faire la trace!!!

 

tracé Albaron

 

Voici le parcours vue du refuge.

 

Une équipe qui devait rejoindre le refuge Castaldi démarre devant nous. Nous prenons leur trace pour finalement les dépasser sur le glacier des Evettes. La visibilité n'est pas parfaite, quelques brèves éclaircies nous permettent d'apercevoir le cheminement. On attaque la montée de l'Alabron en faisant la trace dans bientôt 50cm de neige. Petit à petit on approche la Selle de l'Albaron en laissant filer nos confères vers l'Italie.

 

Albaron 1521

 

Le désert blanc devant moi.

 

1

 

Nizou me rejoint en suivant la tranché.

 

2

 

Nous laissons partir l'équipe en direction de la descente pour Castaldi. Une trouée nous permet d'apercevoir la Selle afin de nous repérer.

 

3

 

Nizou prend son tour de chasse-neige pour rejoindre la Selle.

 

Albaron-1529.jpg

 

La météo ne s'arrange toujours pas, mais bon puisque nous sommes là autant remonter l'arête. On dépose les skis à la Selle et nous voilà parti pour le sommet (pour voir).

 

Albaron 1531

 

L'arête se dégage, on garde espoir.

 

Albaron 1537

 

C'est bon on a la carte, on est pas perdu, le sommet n'est plus très loin.

 

Albaron 1535

 

Sortie de l'arête, on peut voir notre objectif.

 

Albaron 1539

Albaron 1540

 

Victoire, nous sommes au sommet de l'Albaron. La vue n'est pas extraordinaire mais le plaisir est là.

Et tout à coup MIRACLE!!!

 

5

 

Le ciel se déchire et nous offre un spectacle mérité. Nizou devant la grande Ciamarella. Vite il faut en profiter, on se jette dans la descente pour rapidement récupérer nos skis restés à la Selle.

 

6

 

8

 

On voit plus claire dans la descente.

 

7

 

Petite antécime sur l'arête.

 

9

 

Comme vous pouvez le remarquer on a retrouvé nos skis et on se fait un plaisir de s'en servir pour une bonne cause. Descente avec 50cm de neige poudreuse ultralégère. QUE DU GRAND BONHEUR!!!

 

10
Nous voilà donc seuls dans cette descente du glacier des Evettes. Ça passe toujours trop vite la descente!!!
Albaron 1565
11
Albaron 1571
Albaron 1569
Albaron 1575
12
Maintenant il faut pousser, remettre les peaux pour remonter les 100m qui nous séparent du refuge des Evettes.
Repost 0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 10:18
Le 14 mars 2010, le printemps est en place.

1
Voilà un petit moment que je regarde ce couloir en arc de cercle qui descend sous le sommet du Bargy. Ces temps la neige est dure, il faut se résigner à faire du ski de printemps.

tracé cheneau
Dans ce type de couloir pas la peine de partir tôt car le soleil ne fait son apparition le couloir que vers 11h30. Comme il est plus confortable que la neige se radoucisse, nous décollons du parking vers 10h pour rapidement se rapprocher du cône d'avalanche marquant l'entrée.

19
La neige dure nous empêche de poursuivre ski aux pieds. On chausse les crampons pour rendre la montée plus facile. On passe l'étranglement pour avoir une bonne vue sur la suite de l'ascension.2
Un chamois nous devance, la montée va bonne allure et on prend vite de la hauteur. Il suffit de se retourner pour se rendre compte.

3
Le soleil commence de frapper les falaises qui nous surplombent, un pied devant l'autre on approche le sommet du couloir.

5
Au pied des falaise sommitale du Grand Bargy la neige est encore froide et rend notre progression plus difficile.

7
Le soleil rentre déjà dans le couloir, les conditions ne nous permettent pas de continuer, nous nous arrêtons au sommet du couloir contre la barre rocheuse.

8
Une petite pause pour admirer une nouvelle vue et pour laisser le temps au soleil de réchauffer la neige et nous voilà chaussé pour descendre le Cheneau.

10bis
11
Les premiers virages sont toujours délicats car il faut tout de suite avoir de bons appuis.

12
14
15
16
ça passe toujours trop vite la descente, les conditions ne sont pas grandioses mais restent  satisfaisante. Ce couloir est très esthétique avec une sacré ambiance. La cerise sur le gâteau avec le passage d'un gypaète.

17
Passage de la rimaye à la sortie du couloir pour ensuite s'écarter du cône d'avalanche par une traversée à gauche.

18
Ensuite c'est moquette puis rugby canapé!!!
19
Repost 0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 15:32
Le 12 janvier 2010, après un début de saison timide, je me décide à profiter des conditions d'enneigement pour skier le sommet de la pointe des Verts. Le couloir sommital étant rarement en condition car souvent venté est assez raide mais de courte durée (50m). La dernière chute de neige a complètement rempli la rampe, les conditions sont réunies pou en profiter. N'ayant trouvé personne pour m'accompagner je me vois dans l'obligation de le faire seul.

Pointe-des-Verts 0904
Sous le col des Verts, tout proche de la Pointe Percée, j'aperçois le sommet avec le premier étranglement qu'il va falloir tracer.

Pointe-des-Verts 0909
Impossible de finir ski aux pieds alors avec un peu de courage il faut ramper dans la neige profonde pour atteindre le sommet.

Pointe-des-Verts 0907Pointe-des-Verts 0908
















Petite pause photo au sommet pour pas perdre les bonnes habitudes. On jette un coup d'oeil sur la pointe percée. Pour ceux que ça intéresse il manque encore de la neige pour faire l'intégrale des cheminées de Sallanches.

Pointe-des-Verts 0911
Et ça c'est la rampe vue du sommet: ça a l'air Bon!!! pas de cailloux à l'horizon.

Pointe-des-Verts 0912
On se retourne pour admirer la prolongation des Aravis. Au loin la neige arrive alors vite il faut descendre.

Pointe-des-Verts 0913
C'est bon mais c'est court, on remarque cette petite plaque de surface qui est partie sur le dernier virage, rien de bien grave pour aujourd'hui mais à prendre note pour la suite.

Pointe-des-Verts 0915
Lavage automatique pour pas laisser de trace (presque).

Pointe-des-Verts 0919
Pointe des Verts vue depuis le refuge Gramusset. Zut il est fermé pas de bière ni de tarte aux myrtilles. On remarque pour ceux qui ont de bons yeux un petit dessin sur le sommet. Attendez je zoom.

Pointe-des-Verts 0917
Là c'est mieux maintenant. Assez rigolé maintenant il faut descendre la combe avant qu'elle ne soit toute tracée.

Pointe-des-Verts 0921
Je rigole il reste de la place!!!

Bon maintenant je rattrape mon retard:

bonne année

Merci Catherine et Rémi pour votre carte, cela me touche énormément et me rappelle de très bons souvenirs. Mes meilleurs voeux de bonheur à la "Green Team". A bientôt.




Repost 0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 19:57
Impossible de résister aux premières chutes de neige de la saison, les conditions sont là il faut en profiter. Nous parions sur la possibilité de skier dans les combes des Aravis. Une fois parvenu aux confins, départ pour de nombreuses randonnées à ski, on remarque rapidement qu'il manque encore un peu de neige pour faire un voiture-voiture skis aux pieds. Mais cela ne nous décourage pas, le temps est magnifique alors allons voir plus haut.


On remarque plusieurs personnes déjà à mi-combe, la trace est faite alors on en profite. C'est parti pour la combe de Grand Crêt ensuite on verra jusqu'où ça nous mène.


La neige est froide mais l'épaisseur est faible et il n'y a pas de sous-couche jusqu'à 1700m d'altitude alors la descente risque d'être accidentée. Nous avons peur pour nos skis mais rapidement on rencontre des belles pentes avec suffisamment de neige pour se faire plaisir. L'excitation monte en nous, plus on monte et plus ça nous parait bon.


Nous avons remonté les 3/4 de la combe maintenant il faut se décider: les pentes ensoleillées du Trou de la Mouche à gauche ou la fraîcheur de Tête Pelouse à droite. La plupart des randonneurs de ce jour ont choisi le coté soleil mais les pentes ont déjà un peu prises le soleil et la neige n'a pas l'air super top. Deux skieurs ont décidé de faire la trace pour monter à Tête Pelouse, la neige est froide alors nous décidons de les suivre.


Mais voilà, nos deux traceurs décident de s'arrêter pour finir par descendre. Il nous reste 150m à tracer pour rejoindre le sommet, c'est incroyablement bon alors on ne leur en veut pas.


AVANT  



PENDANT 





























Nous voila au sommet de tête Pelouse pour profiter de la vue des Alpes enneigées. Un randonneur nous a suivi,  le moment est tellement agréable que nous le laissons inaugurer la descente tout en sachant que la place ne manque pas. A notre grande surprise celui ci préfère descendre sur la trace de montée et gentillement nous laisse la pente vierge. Allez c'est le moment de se mettre en position attaque!!!


APRES


C'est incroyable, les conditions sont excellentes et c'est vraiment bon de pouvoir en profiter en ce début de saison.
Dans une telle neige on retrouve rapidement ses marques du plaisir de la  glisse.




Maintenant il faut préserver les skis cailloux car c'est encore tôt et on risque d'en avoir encore besoin.


                                                                                                                                                                               Le 11/11/2009
Repost 0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 14:22
Bientôt l'hiver. Alors il ne faut pas attendre les premières neiges pour se préparer. Certes ce n'est pas parcque nous avons un bon équipement tel que ARVA (appareil recherche en avalanche), pelle, sonde, Avalung, sac ABS... que l'on ne doit regarder, écouter la montagne et surtout les conditions en se jettant dans les pentes dès la neige venue.

Je me permets de vous transmettre ce lien et de regarder cette vidéo plus qu'instructive. Pour en profiter il faut regarder sa totalité car elle est filmée en temps réel: VIDEO FREERIDE
Repost 0
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 18:02
Aprés avoir fait le couloir du Pertuis, Nizou et moi même sommes remonter passer la nuit au sympathique refuge de l'Oule pour espérer faire le couloir W des grandes Lanches le lendemain.

Nizou le Timber de l'Oule. Et oui par chance il reste du bois, en espérant que tout le monde respect cela pour que ça dure.















Départ matinal car le couloir prend vite le soleil.




Montée en crampons/piolet et ski sur le sac, avec l'étranglement situé à mi-couloir. Il parait que ça passe à ski quand il y a de la neige mais pas aujourd'hui.



















Quand on regard en arrière ça donne ça.



Quand on regarde au dessus c'est plutôt ça.     

















Et ça grimpe encore et encore, cependant nous n'allons pas partir du sommet car les conditions ne sont pas là.






























Et c'est parti!!!

























Beau couloir n'est ce pas?
Repost 0
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 17:02
Point culminant des Aravis, la Pointe Percée (2750m) offre un panorama magnifique. Son accès déja délicat en été, il devient quasiment une course d'alpinisme en hiver.
Le tracé vert est la partie possible à skier (pente 45° au dessus des barres rocheuses)


Approche en ski de randonnée depuis le col des Annes, petite pause au refuge Gramuset avant d'attaquer la face NW de la Pointe Percée.












Les skis sur le sac pour grimper la pente suspendue.




Petits passages mixtes et couloir de neige pour accéder à l'arête sommitale.


 

 Ambiance sur le fil, c'est énorme!!!!



















Et voilà c'est la croix, on peux mettre notre petite ligne sur le cahier local en profitant du panorama. Ensuite il faut descendre car ça chauffe( le 1er mai 2009)





Repost 0